PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Madeleine-De Verchères, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Cap-de-la-Madeleine
Localisation
District des Estacades.
 
Arc dont les extrémités s’ouvrent sur la rue Saint-André, à proximité de du boulevard Thibeau et de la rue Barkoff.
Nom actuel
Pour honorer la mémoire de Madeleine Jarret de Verchères (1678-1747), héroïne de l’histoire du Québec. Elle est tantôt appelée « Madelon » par ses proches, tantôt baptisée « la Jeanne d'Arc canadienne » de par sa bravoure et son courage. L'histoire de cette femme met l'accent sur le caractère intrépide qui l'a toujours animée. Tout cela prend sa source dans une anecdote que plusieurs de l'époque ont eu peine à croire. Ainsi, à l'âge de 14 ans, la petite Madeleine de Verchères aurait défendu, avec l'aide de ses deux frères âgés de 12 et 10 ans, le fort de Verchères qui était alors la cible des Iroquois en octobre 1692; pendant plusieurs jours, elle aurait tenu tête aux Amérindiens. C'est donc à partir de cette anecdote que la légende est née. Né le 3 mars 1678, Madeleine de Verchères était la fille de François Jarret, sieur de Verchères, et de Marie Perrot. Son père était alors enseignant auprès du Régiment de Carignan. La discipline semblait être de rigueur dans la famille. À maintes reprises, la mère de Madeleine prit les armes pour défendre le fort en l'absence de son mari. Madeleine acquit très jeune le sens des responsabilités. L'histoire demeure assez obscure jusqu'au 8 septembre 1706, jour où Marie-Madeleine Jarret de Verchères épousa Pierre-Thomas Tarieu de Lanaudière, alors sieur de La Pérade. De cette union naquirent cinq enfants qui vécurent à Sainte-Anne-de-la-Pérade pendant une quarantaine d'années. Madeleine de Verchères rendit l'âme à Sainte-Anne-de-la-Pérade le 8 août 1747 ; elle avait 69 ans. Ene statue de Madeleine de Verchères se dresse aujourd’hui à Verchères, là où son exploit fut réalisé. Le manoir Madeleine-De Verchères à Sainte-Anne-de-la-Pérade est un centre d’interprétation.