PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Monseigneur-Tessier, rue de
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Cap-de-la-Madeleine
Thème
Personnages de l'histoire du Québec
Localisation
District des Estacades.
 
Voie reliant les rues Normand et Marie-Dostaler, croisant les rues Hébert et Zéphirin-Garceau.
Nom actuel
Pour honorer la mémoire de Mgr Albert Tessier (1895-1976). Professeur, historien, cinéaste, conférencier, éditeur, auteur de plusieurs ouvrages, inventeur du mot « Mauricie », fondateur des Archives du Séminaire de Trois-Rivières et fondateur des Instituts familiaux au Québec, Mgr Albert Tessier a marqué la vie culturelle trifluvienne à titre de cinéaste et d'historien. Fils du cultivateur Alphonse Tessier et de Sophie Rompré, Albert Tessier naquit à Sainte-Anne-de-la-Pérade le 6 mars 1895. Il fit ses études classiques et théologiques au Séminaire de Trois-Rivières où il fut ensuite enseignant durant plusieurs années, puis professeur d'histoire à l'Université Laval, archiviste du Séminaire de Trois-Rivières et archiviste de l'Évêché de Trois-Rivières. Membre actif de l'organisation des fêtes du tricentenaire de Trois-Rivières (1934), il passa les dernières années de sa vie à « Tavibois », un domaine près de Grand-Mère qu'il avait acheté en 1951. Membre de la Société royale du Canada, de la Société des Dix, membre très actif de la Société d'histoire régionale de Trois-Rivières, prélat domestique du pape Pie XII, récipiendaire de la médaille d'or du Mérite scolaire (1947), du Prix de la langue française de l'Académie française et de la Médaille de la Ville de Paris, il décéda le 13 septembre 1976. Mgr Albert Tessier fait figure parmi les prêtres-cinéastes qui s'adonnèrent, par le truchement du cinéma, à la promotion des valeurs religieuses, du terroir, de la culture et de l'histoire canadienne-française, tels les abbés Maurice Proulx de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Philippe Cyr, curé de Cabano, Thomas-Louis Imbeault au Saguenay, Georges Côté à Saint-Charles-de-Bellechasse et le père Louis Lafleur au Témiscamingue. En 1925, Albert Tessier tourna son premier film, Dans le bois, qui était aussi son premier film de la série « Scènes de vie en forêt ». Durant un quart de siècle, c'est-à-dire jusqu'en 1950, Tessier fournit une production cinématographique impressionnante. Sa filmographie met en relief le rôle primordial que ce cinéaste joua dans la connaissance de notre réalité régionale par un moyen moderne de communication de masse qu'est le cinéma. Albert Tessier véhicula un discours régionaliste mauricien - c'est d'ailleurs lui qui forgea le nom de « Mauricie » pour désigner la région du Saint-Maurice - par des conférences, articles, mais aussi par le cinéma et la photographie. Fier de sa région, Tessier en fit la propagande à l'échelle de la nation par son cinéma résolument régional. À titre d'historien, Mgr Tessier a également légué une soixantaine d'ouvrages historiques dont: Fastes trifluviens (34 volumes), Trois-Rivières: quatre siècles d'histoire, 1535-1935 (Trois-Rivières, 1934), Les Forges du Saint- Maurice, 1729-1883 (Trois-Rivières, Éditions du Bien public, 1952) et Souvenirs en vrac (Montréal, Boréal Express, 1975). Éditeur, il publia des œuvres de Félix Leclerc et fut l'un des fondateurs des Cahiers des Dix et du Boréal Express. Il fonda aussi un journal au Séminaire de Trois-Rivières, Le Ralliement, qui vécut de 1928 à 1937. Un des pavillons de l'Université du Québec à Trois-Rivières porte le nom d'Albert-Tessier.