PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Moulin-des-Jésuites, rue du
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Cap-de-la-Madeleine
Thème
Jésuites
Localisation
District du Sanctuaire.
 
Voie reliant les rues Notre-Dame Est et Loranger, croisant la rue Denis-Caron.
 
Voie plus ou moins parallèle aux rues du Sanctuaire et de la Madone.
Historique
Noms antérieurs:
 
- « rue De Grandmont »,
- « rue De La Madeleine »,
- « rue du Moulin-des-Jésuites » (avant 1980),
- « rue du Moulin » (depuis environ 1980 jusqu’à l'harmonisation des odonymes de la nouvelle ville de Trois-Rivières, le 20 septembre 2004).
 
Avant 1980, la rue des Jésuites (au nord-ouest du boulevard Sainte-Madeleine) portait aussi le nom de « rue du Moulin-des-Jésuites », car elle se situait dans le prolongement de cette voie.
Nom actuel
nt-Arnaud (1902-1988), __________________________________________________________________________________________________Cette rue, voisinant la rivière du Moulin et le parc du Moulin, se trouve tout près du terrain où était érigé le moulin seigneurial des Jésuites dans la seigneurie de Cap-de-la-Madeleine, un moulin à eau qui s’alimentait grâce à l’étang qui se trouve dans le parc. Ce moulin, démoli en 1939, était bâti tout près de l’actuelle maison dite « manoir » des Jésuites, sur la rue Notre-Dame Est. – Le moulin des Jésuites fut construit en 1714 sur la rivière Faverel. Incendié en 1722, il fut reconstruit en 1732. Au début du XIXe siècle, devenu vétuste, il devint nécessaire de le remplacer à nouveau. Reconstruit en 1807, le moulin des Jésuites fut exploité par Charles Jourdain durant 21 ans. En 1850, le meunier Jean Marchand signa lui aussi un bail de 21 ans pour louer le moulin des Jésuites, ainsi que la maison des Jésuites située à proximité et ses dépendances. Marchand s'engagea à « percer un canal de dimension convenable pour amener au dit moulin telle quantité d'eau de la rivière Champlain ». Le canal construit – aujourd'hui disparu – allait de la rivière Champlain à la rivière du Moulin; il traversait les concessions des Grandes-Prairies et Saint-Malo jusqu'à l’actuel étang du moulin, sur une distance de près de 34 arpents (6 kilomètres). Le moulin des Jésuites fut en opération jusqu'en 1925. Acquis du docteur Charles N. De Blois par la Ville de Cap-de-la-Madeleine en 1938, il fut défait l'année suivante (1939) dans le but de le reconstruire et de le « restaurer ». Ce qui ne fut jamais réalisé.