PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Pierre-Boucher, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Cap-de-la-Madeleine
Thème
Gouverneurs et commandants du fort de Trois-Rivières
Localisation
District des Estacades.
 
 
Voie reliant les rues Chapleau et De Callières, crosant la rue Johnson.
 
Voie plus ou moins parallèle aux rues Mousseau, Joly.
Historique
Les rues Jean-Noël-Trudel et Luc-Desilets ont déjà porté le nom de « rue Pierre- Boucher ».
Nom actuel
Pour honorer la mémoire de Pierre Boucher, gouverneur de Trois-Rivières de 1653 à 1658 et de 1662 à 1667. Fils de Gaspard Boucher et de Nicole Lemer (ou Lemaire), Pierre Boucher naquit à Mortagne dans le Perche (Normandie) en 1622 et arriva au Canada avec sa famille en 1635. Deux ans plus tard, âgé de seulement 15 ans, il commença à voyager à travers la Nouvelle-France jusqu'aux Grands Lacs, à titre d'engagé des missionnaires jésuites Paul Le Jeune et Jean de Brébeuf. Durant ces voyages, il apprit les langues des Hurons, des Algonquins, des Montagnais et des Iroquois, ce qui lui permit de devenir bon interprète ou « truchement » vers 1640. Au printemps de 1642, le gouverneur Charles Huault de Montmagny (1636-1648) l'enrôla comme soldat, interprète et émissaire, et l'envoya avec Maisonneuve fonder l'établissement de Ville-Marie (Montréal). Puis, en 1644, Boucher s'établit à Trois-Rivières à titre d'interprète officiel et de commis du fort. En 1649, il reçut une concession de terre à Cap-de-la-Madeleine, du père Jacques Buteux. Nommé capitaine du bourg de Trois-Rivières en 1650, le gouverneur Louis d'Ailleboust de Coulonge et d'Argentenay, lieutenant-général pour le roi en Nouvelle-France, l'autorisa à distribuer des emplacements hors de la vieille palissade du fort. Trois ans plus tard, en 1653, à la tête de 46 Trifluviens, Boucher dut défendre la ville lorsqu'elle fut assiégée par près de 600 Iroquois, de juin jusqu'à la fin août. Cette année-là, Pierre Boucher devint gouverneur de Trois-Rivières. Le 20 octobre 1655, il se fit concéder l'île Saint-Joseph en fief noble. En 1663, il y possédait une habitation et l'île était exploitée entièrement par Sébastien Provencher, un fermier engagé par Pierre Boucher, mais il n'y avait pas de censitaire. Cette année-là (1663), Boucher possédait aussi:
 
- trois emplacements de la censive urbaine de Trois-Rivières situés:
 
- l'un du côté sud-ouest de l'actuelle rue des Forges (en face de la seigneurie des Jésuites), entre la terre du Sablé (au nord) et la rue Notre-Dame (au sud);
 
- l'un en front sur la rue Notre-Dame et contigu à la Commune,
 
- l'autre près du fleuve, contigu à la terre de la Briqueterie (au nord-est) et à l'emplacement de René Robineau de Bécancour (au sud-ouest);
 
- une terre de 3 arpents de front sur la rivière Saint-Maurice, l'une des onze terres en amont de la rivière.
 
Le 9 mars 1656, Boucher se fit concéder un arrière-fief de 672 arpents (situé dans l'actuel secteur de Sainte-Marthe-du-Cap) par Jacques de La Ferté, abbé de Sainte-Marie-Madeleine de Châteaudun, chanoine de la Sainte-Chapelle de Paris et aumônier du roi Louis XIII. C'est dans cet arrière-fief nommé « Sainte-Marie » que se retira Boucher l'année suivante. En 1661, la chapelle Sainte-Marie-Madeleine (construite par Boucher en 1659) fut transportée à la rivière Faverel (surnommée aujourd'hui ruisseau du Sanctuaire), sur un domaine des Jésuites. En juin 1663, Pierre Boucher était l'un des 48 emplacitaires dans le bourg de Trois-Rivières; il accaparait cinq emplacements à lui seul, soit 1 603 toises (9,7% de la superficie urbaine). Il était aussi l'un des 10 seigneurs en titre à Trois-Rivières (c'est-à-dire des seigneurs qui y détenaient des droits de suzerain), puisqu'il était seigneur de l'île Saint-Joseph. Juge royal, conseiller du roi, Pierre Boucher représenta la colonie auprès du roi en 1661-1662. À son retour, il rédigea un court ouvrage de 168 pages intitulé Histoire véritable et naturelle des mœurs et productions du pays de la Nouvelle-France vulgairement dite le Canada. Imprimé et publié en 1664 par Florentin Lambert, rue Saint-Jacques à Paris, l'ouvrage était destiné à faire connaître le pays aux Français désireux d'émigrer en Nouvelle-France. Puis, en 1667, Boucher alla s'établir dans sa nouvelle seigneurie des îles Percées (future ville de Boucherville), en face de Montréal, où il décéda le 19 avril 1717 à l'âge de 95 ans. Pierre Boucher avait un frère, Nicolas, et trois sœurs: Marie, Marguerite et Madeleine. En 1649, il contracta une première union avec une Huronne, Marie Ouebadinskoue (Marie-Madeleine Chrestienne), morte l'année suivante en même temps que son enfant. En 1652, il contracta un second mariage avec Jeanne Crevier (fille de Christophe Crevier dit La Meslée et de Jeanne Enard) qui lui donna 15 enfants dont Marie, épouse de René Gaultier de Varennes et mère de Pierre Gaultier de Varennes et de LaVérendrye.