PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Poudrière, rue de la
Toponyme :
Ancien
Secteur :
Trois-Rivières
Localisation
District de Marie-de-l’Incarnation, Arrondissement historique.
Au sud de la rue des Ursulines et située entre le rue de l’Hôpital et l’actuelle rue Sainte-Cécile.
 
Cette voie était prolongée au nord de la rue Notre-Dame (actuelle rue des Ursulines) par la « rue Sainte-Hélène » (elle aussi aujourd’hui disparue).
Historique
Voie ouverte avant 1750.
 
Nom antérieur: « rue Sainte-Ursule » (sur des plans de 1815 et 1860).
 
La « rue de la Poudrière » reliait la rue Notre-Dame (actuelle rue des Ursulines) à la grève du fleuve Saint-Laurent, vis-à-vis de l'édifice actuel appelé « nouveau pensionnat » des Ursulines de Trois-Rivières (collège Marie-de-l'Incarnation). Cette voie se prolongeait au nord de la rue Notre-Dame (rue des Ursulines) sous le nom de « rue Sainte-Hélène ». La « rue de la Poudrière » était ainsi nommée parce que le gouvernement y possédait un terrain sur lequel était érigée une poudrière du roi. Après la Conquête (1760), on ouvrit, sur le même terrain, le premier cimetière de la communauté protestante de Trois-Rivières: le cimetière militaire et anglican. La poudrière existait encore au début du XXe siècle avec sa palissade de pieux. On dit que Douglas Ritchie aurait utilisé les pierres pour construire sa maison, en 1917; cette résidence, ainsi que le terrain, ont longtemps été la propriété du docteur Conrad Godin.
 
En 1868-1870, durant les travaux d'exhumation du cimetière des pauvres (cimetière de l'Hôtel-Dieu de Trois-Rivières ou hôpital des Ursulines), situé entre les rues de l’Hôpital et de la Poudrière, le vicaire-général de Trois-Rivières, Mgr Charles-Olivier Caron, constata avec stupeur que la clôture du cimetière avait déjà été déplacée et que des corps se trouvaient sous la rue de la Poudrière.
Nom actuel
[aucun. Voie fermée].
Toponyme(s) associé(s)