PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Ralph-Burton, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Trois-Rivières
Thème
Gouverneurs et commandants du fort de Trois-Rivières
Localisation
District des Plateaux, quartier Saint-Jean-Baptiste-De La Salle.
Voie reliant les rues de Monseigneur-De Laval et Papineau, à proximité de la rue Louis-Franquet.
Historique
Voie ouverte en 1959.
Nom actuel
Pour honorer la mémoire du colonel Ralph Burton, officier, lieutenant-gouverneur de la ville de Québec, du gouvernement de Trois-Rivières et du gouvernement de Montréal, brigadier (commandant en chef) du département du Nord. Il fut gouverneur militaire de Trois-Rivières de 1760 à 1762 et en 1763 et fort apprécié pour sa modération. – Le 8 septembre 1760, à Montréal, le gouverneur général Pierre de Rigaud de Vaudreuil-Cavagnial signait la capitulation générale de la Nouvelle-France (reddition de Montréal) qui scellait le sort du Canada. Le 22 septembre suivant était publiée une proclamation du gouverneur général Jeffrey Amherst: le colonel Ralph Burton était nommé gouverneur militaire de Trois-Rivières. Aussitôt, Burton faisait son entrée à Trois-Rivières et installait son quartier général dans la maison des Gouverneurs, sur le Platon. Dès le lendemain (23 septembre 1760), les Trifluviens remirent leurs armes aux conquérants britanniques dans le parloir du monastère des Récollets. – On ne sait à peu près rien des origines de Ralph Burton, y compris la date et le lieu de sa naissance. Il est question de lui pour la première fois lors de la guerre de Sept Ans en Amérique du Nord. En 1754, il reçut une commission de lieutenant-colonel dans le 48e Régiment; servant sous les ordres du général Edward Braddock, il fut blessé lors de la défaite de la Monongahéla, le 9 juillet 1755. En 1756 et en 1757, il servit sous les ordres de lord Loudoun [Campbell] qui fit son éloge, le disant « un homme actif et doué de bon sens ». En 1758, il commanda la 3e Brigade à Louisbourg, île Royale (île du Cap-Breton), et, en juillet 1759, il accompagna Wolfe lors d’une reconnaissance devant Québec. Burton fut blessé à la fin de juillet au cours de l’attaque aux chutes Montmorency, mais sans doute pas très sérieusement, puisqu’il commandait un bataillon de réserve du 48e Régiment sur les plaines d’Abraham. Il passa l’hiver de 1759-1760 à Québec en qualité de lieutenant-gouverneur sous les ordres de James Murray, gouverneur militaire. Peu de temps après la bataille de Sainte-Foy, les renforts anglais arrivèrent et Burton remonta le fleuve avec Murray pour rejoindre Jeffery Amherst à Montréal où, le 8 septembre 1760, l’armée française, sous les ordres du gouverneur général, Pierre de Rigaud de Vaudreuil, capitula, remettant aux Anglais la colonie tout entière, y compris les postes de l’Ouest. Avant de regagner New York, Amherst, à titre de commandant en chef, prit des dispositions pour assurer l’administration militaire de la colonie. Il conserva les régions administratives de Québec, Trois-Rivières et Montréal telles qu’elles avaient été établies par les Français; il nomma Thomas Gage lieutenant gouverneur de Montréal, confia le poste semblable de Trois-Rivières à Burton et confirma Murray dans sa charge de gouverneur de Québec. Burton quitta Trois-Rivières en 1762 pour une période de service de 10 mois aux Antilles. Quelques mois après le retour de celui-ci en 1763, Gage fut envoyé à New York pour occuper la charge de commandant en chef intérimaire pendant le congé d’Amherst, et Burton fut muté à Montréal; Frederick Haldimand lui succéda à Trois-Rivières. Selon Murray, Burton et Gage espéraient tous deux être nommés gouverneur civil de la nouvelle province de Québec, telle qu’établie en août 1764, et se sentirent lésés lorsque Murray fut désigné. On offrit plutôt à Burton la fonction de lieutenant-gouverneur civil de Trois-Rivières. Il refusa le poste et sollicita la permission de rentrer en Angleterre pour s’occuper de sa santé et de ses affaires personnelles. Il appert, d’après la correspondance de Murray, que Burton envisageait sans beaucoup d’enthousiasme la retraite en Angleterre avec demi-solde et qu’il fut bien content d’échapper à ce sort par suite des nouvelles dispositions qu’entraîna la décision d’Amherst de ne plus revenir en Amérique du Nord. Gage fut confirmé dans sa charge de commandant en chef des forces d’Amérique avec résidence à New York et, en octobre 1764, Burton fut informé par Gage qu’il recevrait une commission de brigadier (commandant en chef) du département du Nord dont le siège était à Montréal. La position de Burton à Montréal était particulièrement difficile. Son titre de brigadier du département du Nord lui conférait la responsabilité de la défense de toute la province et en particulier des postes de Michillimakinac, de Détroit et autres postes sur les Grands Lacs. En 1766, Murray et Burton furent rappelés en Angleterre. Ce rappel marqua pour Burton la fin de sa carrière. Il mourut à Scarborough (Angleterre) en 1768. Dans son testament, portant la date du 7 février 1767, il est fait mention de sa femme, Margaret, d’un fils et d’une fille; il semble qu’il ait été beaucoup plus âgé que sa femme. À cette date, il possédait un domaine dans la paroisse de Cottingham, Yorkshire, et une maison à Londres.