PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Sainte-Catherine, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Trois-Rivières
Localisation
District de Marie-de-l’Incarnation, quartier Saint-François-d’Assise.
 
Voie reliant les rues Saint-François-Xavier et Saint-Paul, croisant les rues Saint-François-d’Assise et Le Caron.
 
Voie parallèle aux rues Whitehead, Saint-Christophe, Saint-Jacques, Gingras, Williams, Jutras, Godbout, Lanctôt.
Historique
Voie projeté en 1912; tracée vers 1925.
Nom actuel
Deux saintes célèbres sont connues sous le nom de Catherine: Catherine de Sienne et Catherine d’Alexandrie.
 
Sainte Catherine de Sienne (1347-1380) fut une religieuse mystique, tertiaire dominicaine, théologienne et docteur de l'Église, célèbre pour ses extases et ses révélations. Elle convainquit Grégoire XI de quitter Avignon (où résaidait le pape depuis 1309) pour regagner Rome en 1377. Fille d’un teinturier, Catherine Benincasa nquit à Sienne, en Toscane (Italie) le 25 mars 1347. En 1352, à l'âge de 5 ans, elle fit vœu de virginité pour le Christ. À l'âge de 15 ans, elle prit l'habit des Sœurs de la Pénitence de saint Dominique, un groupement pieux composé essentiellement de veuves, qui ne suivait pas de règle religieuse (pas de vœux), chargée de résister aux hérétiques et de récupérer et défendre les biens de l'Église usurpés par des laïcs. En 1368 eut lieu son « mariage mystique » avec le Christ. À partir de 1375, elle prit de manière publique la défense des intérêts du pape, en s'engageant pour le retour des papes d'Avignon à Rome et pour l'unité et l'indépendance de l’Église. Elle se rendit à Avignon et, pour tenter de persuader Grégoire XI, lui apporta cinq oranges confites cueillies sur l'oranger planté par saint Dominique à Rome. En septembre 1376, elle rentra à Sienne et Grégoire XI prit le chemin de Rome l’année suivante (1377). Catherine continua de représenter et de défendre le pape dans les villes italiennes en pleine ébullition. En 1378, après le décès de Grégoire XI, Urbain VI devint pape à l'issue d'une élection tumultueuse. Catherine émit des mises en garde mais, malgré cela, survint le Grand Schisme d’Occident et l’élection de Robert de Genève, l’antipape connu sous le nom de Clément VII. La même année, Catherine commença la rédaction de ses Dialogues, qui auraient été composés en cinq jours d’extase, du 9 au 14 octobre. Catherine s’établit définitivement à Rome où elle mourut le 29 avril 1380, à l’âge de seulement 33 ans. Sainte Catherine de Sienne ne savait pas écrire et ignorait le latin. Mais les œuvres qu'elle a dictées sont considérables, par leur ampleur, leur contenu et aussi leur importance dans l'histoire de la langue italienne. On a d'elle des traités de dévotion, des lettres et des poésies remarquables par l'élégance et la pureté du style. Elle a laissé notamment un Dialogo della Divina Providenza, dicté deux ans avant sa mort, et 382 lettres adressées autant à des gens du peuple qu'à des puissants (papes, rois, clercs ou laïcs) qu'elle a rédigées durant les dix dernières années de sa vie. Ces écrits brûlent de ferveur mystique et sa rhétorique efficace, mélange d'images bibliques et d'expressions communes, dénote une forte volonté de persuasion. Sainte Catherine de Sienne a été proclamée docteur de l’Église par le pape Paul VI le 4 octobre 1970. Elle est la sainte patronne des journalistes et des médias, ainsi que de tous les métiers de la communication. Elle est aussi l’une des saintes patronnes de l’Europe depuis le 1er octobre 1999. Elle est fêtée le 29 avril.
 
Sainte Catherine d’Alexandrie aurait subi le martyre en 307. Elle serait née vers 290 dans une famille noble d’Alexandrie, en Égypte. Une nuit, elle vit en songe le Christ et décida de lui consacrer sa vie, se considérant comme sa fiancée. Selon la légende, l'empereur Maximien de Rome, venu à Alexandrie, présida une grande fête païenne. La jeune fille saisit cette occasion pour tenter de l'amener à se convertir au christianisme, mais cela ne fit que soulever sa colère. Pour la mettre à l'épreuve, il lui imposa un débat philosophique avec cinquante savants, mais au grand dépit de l'empereur, elle réussit à les convertir. Maximien les fit exécuter. Puis, il proposa le mariage à Catherine, qui refusa avec mépris. L'empereur ordonna alors de la faire torturer en usant d'une machine constituée de roues garnies de pointes. Mais les roues se brisèrent sur son corps et les pointes aveuglèrent les bourreaux. Obstiné, Maximien ordonna alors qu'elle fût décapitée. Sa légende s’est répandue après les Croisades. Son existence historique a été mise en doute par l'Église catholique elle-même de 1961 à 2002; selon certains historiens, sainte Catherine d’Alexandrie aurait été créée comme un contrepoint chrétien à la grande philosophe païenne Hypatie d’Alexandrie qui, comme elle, était vierge et très savante. Le Grand Prieuré du Québec de l’Ordre de Sainte-Catherine du Sinaï conserve la seule relique de sainte Catherine d’Alexandrie à l’extérieur du Sinaï. Sainte Catherine est la patronne des barbiers, charrons, cordiers, drapiers, écoliers et étudiants, fileuses de laine, meuniers, notaires, nourrices, orateurs, philosophes, plombiers, potiers, prêcheurs, rémouleurs, tailleurs, théologiens, tourneurs et, surtout, des filles à marier que l’on surnomme « Catherinettes ». Elle est fêtée le 25 novembre. Autrefois, les statues de sainte Catherine placées dans les églises étaient ornées d'une coiffe qui était renouvelée chaque année. Cette opération était le privilège des jeunes femmes âgées de plus de 25 ans et encore célibataires. Ainsi l'expression « elle va coiffer sainte Catherine » signifiait que la jeune femme en question n'avait toujours pas trouvé de mari. Cette dernière pouvait alors implorer la sainte avec la prière suivante: « Sainte Catherine, aide-moi. Ne me laisse pas mourir célibataire ». Au Québec, le jour de sa fête, on fait cuire une sucrerie à base de mélasse appelée « tire de la Sainte-Catherine ».