PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Sainte-Geneviève, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Trois-Rivières
Localisation
Districts de Laviolette (centre-ville) et de Marie-de-l’Incarnation (quartier Sainte-Cécile).
 
Voie reliant les rues Niverville et Saint-Paul, croisant les rues Sainte-Julie, Laviolette, Saint-François-Xavier, Sainte-Ursule, Sainte-Angèle et Sainte-Cécile.
Historique
Voie ouverte avant 1815 de la rue Niverville à la rue Laviolette, puis vers le nord-est jusqu’à la rue Saint-François-Xavier vers 1870; tracée au-delà de la rue Saint-François-Xavier en direction de la rue Sainte-Cécile vers 1907, puis vers la rue Saint-Paul vers 1910. Une voie tracée sur le plan Hopkins de 1879, à mi-chemin entre les rues des Commissaires et du Collège, à partir du chemin de fer de ceinture (à l’est de la rue Hertel) vers la rue Saint-Paul, se situait dans l’axe de l’actuelle rue Sainte-Geneviève; elle portait le nom de « rue Pontgravé ».
 
En novembre 1907, les Ursulines de Trois-Rivières décidèrent de donner à la Ville le contrôle de deux tronçons projetés: celui de la rue Sainte-Ursule, à partir de la rue des Commissaires jusqu'à la rue Sainte-Geneviève, et celui de la rue Sainte-Geneviève, à partir du manège militaire (angle Saint-François-Xavier) jusqu'à la rue Sainte-Cécile. En octobre 1909, elles renouvelaient leur engagement de novembre 1907 au sujet du prolongement de la rue Sainte-Geneviève, « vu que la partie ouverte n'a pas encore été cédée à la Corporation » municipale.
Nom actuel
Sainte Geneviève (c. 420 – 512), patronne de Paris, promit aux Parisiens qu’ils n’auraient rien à souffrir d’Attila (451) et sa promesse se réalisa. Elle naquit dans le village de Nanterre, vers l'an 420. Elle était âgée de 7 ans quand saint Germain, évêque d'Auxerre, traversa le village de Nanterre. Depuis ce moment, Geneviève se regarda comme consacrée à Dieu; elle reçut le voile à 14 ans, des mains de l'archevêque de Paris, et, après la mort de ses parents, elle quitta Nanterre pour se retirer à Paris même, chez sa marraine, où elle vécut plus que jamais saintement. Elle mourut le 3 janvier 512. Son tombeau est toujours entouré de vénération dans l'église de Saint-Étienne-du-Mont, à Paris. Elle est une des grandes patronnes de la France (tiré de: Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950).