PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Sainte-Julie, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Trois-Rivières
Localisation
District de Marie-de-l'Incarnation.
 
Districts de Laviolette (centre-ville) et de Marie-de-l’Incarnation avant novembre 2009.
 
Voie reliant les rues Royale et De Foye, croisant les rues Sainte-Geneviève, Saint-Prosper, Saint-Thomas, du Père-Frédéric, le boulevard du Saint-Maurice, et la rue de Monseigneur-Cooke.
 
Voie parallèle à la rue Laviolette.
Historique
Voie ouverte depuis la rue Royale jusqu’à la rue Saint-Prosper vers 1815; prolongée jusqu’au boulevard du Saint-Maurice avant 1879, puis au-delà vers 1910. Sur un plan de 1879, cette voie est tracée jusqu’au-delà du chemin de fer de ceinture.
Nom actuel
Sainte Julie était sans doute le patronyme de l'épouse d'un des commissaires de la ville au début du XIXe siècle.
 
Sainte Julie de Corse fut martyrisée en 439. Elle était issue d'une famille noble de Carthage. Après la prise de la ville par les Vandales de Genséric en 439 et la soumission de la population, Julie fut vendue comme esclave à un commerçant syrien, Eusèbe. Elle se dévoua avec zèle à son maître. Eusèbe l'embarqua avec lui lorsqu'il partit pour la Gaule. Il fit escale en Corse, près de Nonza, où l'on célébrait ce jour-là les dieux par le sacrifice d'un taureau. Eusèbe se joignit aux festivités mais Julie, pleine de réprobation pour une fête païenne, demeura sur le bateau. Lorsque Félix Saxo, le gouverneur local, apprit qu'elle s'y trouvait, il enivra Eusèbe, qui refusait de la livrer. Lorsque le marchand fut endormi, il fit enlever la jeune chrétienne et lui demanda de sacrifier aux dieux. Julie fut condamnée à mort pour son refus et surtout pour sa réponse hardie. Elle fut frappée au visage jusqu'au sang, traînée par les cheveux, fouettée, puis crucifiée. La légende veut qu'une colombe s'échappa alors de sa bouche, symbole d'innocence et de sainteté. Des religieux de l’île de Gorgone vinrent chercher son corps et le placèrent à l'abri dans leur monastère. Plus tard, ses restes furent transportés à Brescia et ouvrirent un culte à sainte Julie dans le nord de l’Italie. Sainte Julie est la patronne de la Corse depuis le 5 août 1809 (décret de la Sacrée Congrégation des Rites). Elle est fêtée le 8 avril. À Nonza, une plaque apposée sur le rocher de la « Fontaine des Mamelles » célèbre son martyre.