PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Sainte-Ursule, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Trois-Rivières
Thème
Ursulines de Trois-Rivières
Localisation
District de Marie-de-l’Incarnation, quartier Sainte-Cécile.
 
Voie reliant la rue des Commissaires et le boulevard du Saint-Maurice, croisant les rues Sainte-Geneviève et Saint-Martin.
 
Voie parallèle aux rues Laviolette, Saint-François-Xavier, Sainte-Angèle, Sainte-Cécile, Saint-Paul et Hertel.
Historique
Voie projetée en 1873; ouverte vers 1910. La rue sainte-Ursule se situe dans l’ancien domaine des Ursulines qui s’étendait derrière leur monastère (rue des Ursulines), entre les rues Sainte-Cécile à l’est, Saint-François-Xavier à l’ouest, et vers le nord jusqu’au-delà de la rue Charlevoix. Son nom, comme ceux des rues Saint-Vallier, Sainte-Angèle et Sainte-Cécile, appartient à l’histoire de cette communauté religieuse.
 
Sur des plans de 1815 et 1860, la rue de la Poudrière porte le nom de « rue Sainte-Ursule ». Le premier plan cadastral de Trois-Rivières fut confectionné en 1873. Les grands propriétaires, comme les Ursulines, firent alors lotir leurs terres afin de mettre en vente des parcelles pour la construction. Ce premier travail d'arpentage général fut cependant précédé de quelques transactions foncières qui avaient pour but d'ajuster immédiatement le plan aux aménagements prévus. Ainsi, du 20 au 28 août 1873, l'arpenteur Louis-O.-A. Arcand, accompagné du vicaire-général Charles-Olivier Caron (procureur des Ursulines) et de deux témoins, Benjamin Bourgeois et Achille Bailey, parcoururent en tous sens les champs du domaine des Ursulines. Marquant les points de mesurage « avec des poteaux de pin sciés et plantés douze pouces en terre et six pouces hors de terre », ils dressèrent alors le procès-verbal de la subdivision en lots des terres appartenant aux religieuses. Ce faisant - et sans doute suivant le désir des Ursulines et de la municipalité -, ils réservèrent des espaces pour l'ouverture des rues des Commissaires, Sainte-Hélène, Sainte-Angèle et Sainte-Ursule. Dans l’atlas Hopkins de 1879, la rue Sainte-Ursule est tracée au-delà de la rue Charlevoix. Puis, en juillet 1881, la communauté des Ursulines de Trois-Rivières demanda à la Ville de Trois-Rivières de déplacer la rue Sainte-Hélène de 60 à 70 pieds vers le nord-est, sur des terrains leur appartenant et à leurs frais si nécessaire, pour permettre la construction d'un corps de logis qui devait servir de nouveau pensionnat. Le 5 septembre 1888, soit deux ans et demi après l'inauguration du nouveau pensionnat du Sacré-Cœur (le 4 avril 1883), la Ville donna suite à la demande des religieuses: on ouvrit une nouvelle rue « sur le terrain des Ursulines de Trois-Rivières à la profondeur sud-ouest des emplacements de la ruelle Saint-Paul » sous le nom de « rue Sainte-Cécile ». L'ouverture de cette rue, qui comptait 18 habitations en 1890, entraîna la disparition de la ruelle Saint-Paul et de la rue Sainte-Hélène, au nord du cloître des Ursulines. Puis, on déplaça vers l'est, d'une rangée de lots, le tracé de toutes les rues parallèles qui avaient été projetées en arrière du Séminaire: ainsi, le côté est de l'ancien tracé de la rue Sainte-Ursule devint son côté ouest, tandis que son nouveau côté est correspondait à l'ancien côté ouest de la rue Sainte-Angèle, et ainsi de suite. En novembre 1907, les Ursulines de Trois-Rivières décidèrent de donner à la Ville le contrôle de deux tronçons projetés, dont celui de la rue Sainte-Ursule, de la rue des Commissaires jusqu'à la rue Sainte-Geneviève.
Nom actuel
En l'honneur de sainte Ursule qui serait apparue à sainte Angèle de Mérici (1470-1540), fondatrice de l'Ordre de sainte Ursule, c'est-à-dire des Ursulines.
 
Sainte Ursule, fille d’un roi de Bretagne, morte martyrisée à Cologne, est au centre de la légende chrétienne des onze mille vierges, née au IXe siècle, puis transformée et amplifiée au XIIIe siècle, après la découverte d'une pierre tombale, dans une petite chapelle de Cologne, attribuée ultérieurement à une certaine Ursula, une fillette de huit ans. Étymologiquement, Ursule est un diminutif du latin « ursus » qui signifie « ours » (Ursule signifiant donc « petite ourse »). La légende des onze mille vierges, résumée dans la célèbre châsse de Bruges peinte par Memling, inspira le nom donné à l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon (anciennement nommé « Archipel des onze mille Vierges »). Sainte-Ursule, dont la fête est le 21 octobre, est la patronne des drapiers, son manteau ayant été considéré comme miraculeux. Elle fut longtemps invoquée en temps de guerre pour obtenir une bonne mort, un bon mariage, mais aussi comme protectrice des jeunes filles. À ce titre, elle est la sainte protectrice de l’Ordre des Ursulines qui inspira saint Ursule Ledochowska, canonisée le 18 mai 2003, connue pour avoir fondé la congrégation des « Ursulines du Cœur de Jésus Agonisant » (ou « Ursulines grises ») au début du XXe siècle.
 
L’Ordre de Sainte-Ursule a été fondé par Angèle Merici (sainte Angèle de Brescia) à Brescia, en Lombardie (Italie), en 1535. Après la mort de la fondatrice, en 1568, l’évêque de Milan, Charles Borromée, modifia les institutions en donnant aux sœurs une règle: les sœurs prononcent des vœux, se voient imposer la vie commune et elles se soumettent à l'autorité épiscopale. Seules les sœurs de Brescia conservent les institutions originales d'Angèle Merici. Les Ursulines rayonnent aujourd’hui dans le monde entier. Les premières communautés en France apparurent en 1586. En octobre 1794, durant la Révolution française, des personnes arrêtées pour exercice d'une fonction interdite sous la protection de l'ennemi furent conduites à l'échafaud: parmi les exécutées (de 60 à 70 personnes) se trouvaient 37 prêtres, 11 Ursulines, Brigittines et Urbanistes. De nos jours, les Ursulines continuent leur œuvre d'éducation de manières diverses: accueil, établissements scolaires, accompagnement spirituel, dispensaires, aide aux plus pauvres (voir aussi: rue des Ursulines et rue Sainte-Angèle).
Toponyme(s) associé(s)