PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Saint-Georges, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Trois-Rivières
Localisation
District de Laviolette, centre-ville. Voie reliant la rue du Fleuve et le carrefour des Cinq-Coins (carrefour des rues Saint-Georges, des Forges, Bellefeuille et Sainte-Marguerite), parallèlement aux rues Saint-Roch, Bureau, Gervais, Laurier, De La Vérendrye et McDougall.
 
Les tronçons de rues situés de part et d’autre de la rue Notre-Dame Centre et de son ancien prolongement, la rue des Ursulines, portaient autrefois des noms différents; ainsi les rues Bell (au sud) et Saint-Georges (au nord), les rues du Platon (au sud) et des Forges (au nord), les rues des Casernes (au sud) et Bonaventure (au nord), les rues Saint-Louis (au sud) et Saint-Jean (au nord).
Historique
Voie ouverte vers 1815.
 
Nom antérieur: « rue Bell » (tronçon de la rue du Fleuve à la rue Notre-Dame Centre).
Nom actuel
Saint Georges était le patronyme d'un des commissaires de la ville de Trois-Rivières. Georges de Lydda (c. 275/280 – 23 avril 303) est un martyr chrétien du IVe siècle. Son nom vient du grec « Georgos » qui signifie « qui travaille à la terre ». La légende l’a fait naître en Cappadoce, dans une famille chrétienne illustre. Il embrassa la profession des armes; il devint officier dans l'armée romaine et fut élevé aux premiers grades de l'armée par l'empereur Dioclétien. Un jour, il traversa une ville (Beyrouth, selon la tradition) terrorisée par un redoutable dragon qui dévorait tous les animaux de la contrée et exigeait des habitants un tribut quotidien de deux jeunes gens tirés au sort. Georges arriva le jour où le sort tomba sur la fille du roi : au moment où celle-ci allait être victime du monstre, Georges engagea avec le dragon un combat acharné et finit par triompher. La princesse fut délivrée et, selon certaines versions (dont celle de la Légende dorée), le dragon, seulement blessé, lui resta désormais attaché comme un chien fidèle. Mais suite à la publication des édits contre les chrétiens de Dioclétien, Georges fut emprisonné. Sa foi ne pouvant être ébranlée, il y subit un martyre. Il survécut miraculeusement à de nombreux supplices, mais il finit par être décapité. Bien que son existence fut mise en doute dès le Ve siècle, son culte se diffusa en Occident, notamment grâce aux croisades. Au Liban, saint George est appelé « Jergis » par les chrétiens et « Khodr » par les musulmans. Il est le saint patron de l’Angleterre (où il a remplacé Édouard le Confesseur), de l’Éthiopie, de la Georgie, de la Catalogne, de l’armée bulgare, de la cavalerie française, des gendarmes à cheval en Belgique, de l’Ordre du Temple, de l’Ordre Teutonique et des scouts. Il est honoré le 23 avril (le 23 novembre en Georgie). Il est traditionnellement représenté à cheval (généralement blanc), avec un dragon à ses pieds, et portant armure, lance à la main, écu et bannière d'argent à la croix de gueules. Cette bannière blanche à croix rouge – qui fut celle des croisés – est devenue le drapeau national de l'Angleterre et représente l’allégorie de la victoire de la Foi sur le Démon - désigné dans l’Apocalypse sous le nom de « Dragon ».
Toponyme(s) associé(s)