PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Saint-Maurice, boulevard du
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Trois-Rivières
Localisation
District de Marie-de-l’Incarnation, quartier Notre-Dame.
 
Voie reliant la rue Cartier au pont Duplessis, sur la rivière Saint-Maurice, croisant l’autoroute Félix-Leclerc, le chemin de fer Montréal–Québec, les rues Champflour, Nérée-Duplessis, Sainte-Julie, Laviolette, Saint-François-Xavier, Sainte-Ursule, Sainte-Angèle, Sainte-Cécile, Saint-Paul, Nicolas-Perrot, Jean-Nicolet, l’avenue des Draveurs et le boulevard des Chenaux.
 
Cette voie se prolonge du côté est de la rivière Saint-Maurice, dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine, sous le nom de « rue Fusey ».
Historique
Voie ouverte vers 1856, depuis la rue des Champs (aujourd’hui: rue Laviolette) jusqu’à la rivière Saint-Maurice.
 
Noms antérieurs:
- « rue des Ponts » (c. 1856 – c. 1890),
- « rue Saint-Maurice » (c. 1890 – 2004)
 
Cette voie conduit à la rivière Saint-Maurice. On l'appela d'abord « rue des Ponts » car elle menait aux ponts enjambant la rivière Saint-Maurice (1832). – Le premier pont fut jeté sur la rivière Saint-Maurice en 1832. Mais ce n'est qu'en 1856 qu'on retrouve le tracé de la « rue des Ponts » (future « rue Saint-Maurice », puis « boulevard du Saint-Maurice ») sur les plans. Dès l'année suivante (1857), la Ville de Trois-Rivières divisa son territoire en quatre quartiers, dont celui de Notre-Dame au nord. Il comptait cependant très peu de constructions avant 1875. Les terres en culture, notamment la ferme du protonotaire Edward Barnard et celle de John Houliston, limitaient l'expansion urbaine du côté nord. En 1867, Barnard vendit sa ferme à la Corporation du collège de Trois-Rivières qui devait quitter la rue des Casernes. Le séminaire Saint-Joseph ouvrit ses portes en 1874. L'année précédente, les Sœurs de la Providence ouvraient leur hospice à l'angle des rues Sainte-Julie et Saint-Thomas, devenu hôpital Saint-Joseph en 1889. Puis, en 1876, la Ville de Trois-Rivières érigea une station de pompage. C'est en 1888 que les Franciscains établirent leur Commissariat de Terre-Sainte à l'angle de la rue Laviolette. Puis, en 1889, la Compagnie canadienne de conduites d'eau (future Canada Iron, puis Canron) érigea sa fonderie tout près de la station de pompage, entre la rivière Saint-Maurice et le chemin de fer de ceinture. Au cours de la décennie suivante, la National Tool and Axe Works inaugura une autre fonderie qui occupait alors un vaste terrain entre les rues Duplessis-Bochard (actuelle rue Nérée-Duplessis) et Sainte-Julie, fonderie incendiée en février 1908. Puis la North Shore Power Co. implanta sa centrale électrique près de la rue Saint-Paul et du chemin de fer de ceinture, tandis que la glacière Levasseur occupa un petit espace entre les rues Saint-Paul et Saint-François-Xavier. Vers 1900, la rue Saint-Maurice était encore presque complètement inoccupée; aucune résidence n'y était encore érigée. L'établissement de la manufacture de textile Wabasso Cotton, en 1907 et, dans une moindre mesure, le grand incendie de Trois-Rivières, le 22 juin 1908, ont joué un rôle moteur dans l'expansion du tissu urbain vers le nord de la ville. Dès le 12 août 1911, une nouvelle paroisse y fut érigée: Notre-Dame-des-Sept-Allégresses, confiée à perpétuité aux Franciscains. Enfin, en 1929, on commença la construction d'un tunnel sous la ligne principale du chemin de fer afin de relier le bas du coteau Saint-Louis et la rue Saint-Maurice. La fonction commerçante de ce secteur de la ville était nettement acquise au début des années 1940. La rue Saint-Maurice, prolongée par la rue Champflour, était l'une des principales artères de Trois-Rivières. Des concessionnaires d'automobiles (Garage Central de Bruno Quessy), des restaurants (Albert Bolduc, Le Cordon Bleu), des pharmacies (Aubin, Saint-Maurice), une quincaillerie (J.-A. Saint-Pierre), une bijouterie (Fontaine), des boutiques de vêtements pour hommes (Lambert & Cloutier, Barakett & Fils) étaient du nombre des établissements qui attiraient la clientèle dans ce deuxième secteur commercial de la ville.
Nom actuel
Cette voie conduit à la rivière Saint-Maurice, à laquelle elle doit son nom.
Toponyme(s) associé(s)