PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Bell, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Trois-Rivières
Thème
Forges du Saint-Maurice
Localisation
District des Vieilles-Forges, village.
Voie reliant la rue Davidson et le boulevard Saint-Michel, croisant la rue Munro.
Historique
Voie ouverte en 1971.
Nom actuel
Pour honorer la mémoire de Matthew Bell (1759-1849), directeur des Forges du Saint- Maurice de 1793 à 1846 et membre du Conseil législatif du Bas-Canada. Né en Écosse en 1759, Matthew Bell fut co-directeur des Forges du Saint-Maurice avec David Munro et George Davison de 1793 à 1800, puis avec David Munro seulement de 1800 à 1816, puis seul directeur de 1816 à 1846. Il fut aussi député de Trois-Rivières et membre du Conseil législatif du Bas-Canada, en plus d'être membre du conseil d'administration de la Société d'éducation de Trois-Rivières. Il décéda à Trois-Rivières en 1849. Son corps fut inhumé dans le cimetière anglican Saint-James de Trois-Rivières. – Matthew Bell remporta le siège de député de Trois-Rivières lors de l'élection de 1809; il avait pour adversaire Moses Hart. Vers 1815, une concession de même dimension que le fief Saint-Étienne, située au nord-ouest de celui-ci, fut annexée au fief Saint-Maurice pour faire partie des terres des Forges. Le tout, propriété de la Couronne, fut loué à bail pour 21 ans, à partir de 1806, à David Munro et Matthew Bell. Mais, lors du renouvellement du bail, des Trifluviens accusèrent Bell de paralyser le développement de l'arrière-pays avec ses droits exclusifs d'exploitation des terres situées au nord de Trois-Rivières. À partir de 1846, l'immense territoire des Forges fut loti et vendu aux colons. On dit que Matthew Bell, alors qu'il était directeur des Forges du Saint-Maurice, jouait "au grand seigneur, au lord anglais" et menait « la belle vie », multipliant les fêtes, dîners de gala et bals fastueux, pareillement à un ancien directeur des Forges, Pierre de Sales Laterrière. Dès les débuts du XIXe siècle, le commerce trifluvien était largement dominé par la famille Hart et quelques autres commerçants anglophones, comme Matthew Bell et David Munro. Représentant seulement 15% de la population trifluvienne, les anglophones contrôlaient 34% des commerces de la ville en 1831.