PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
De Soulanges, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Trois-Rivières-Ouest
Localisation
District de Rigaud.
 
Impasse à partir du boulevard Rigaud, vers le sud, non loin de la place Désiré-Ricard et de la rue Lavallée.
Historique
Voie ouverte en 2008.
Nom actuel
Pour honorer la mémoire de Louise-Élisabeth de Joybert de Soulanges et de Marson, née à Jemseg en Acadie le 18 août 1673 et décédée à Paris en janvier 1740. Elle était la fille de Pierre de Joybert de Soulanges et de Marson, officier dans le régiment de Carignan-Salières et, plus tard, seigneur et administrateur en Acadie. Elle fit ses études au couvent des Ursulines à Québec. Le 21 novembre 1690, elle épousa, à Québec, Philippe de Rigaud de Vaudreuil, commandant des troupes canadiennes. En 1709, elle s’embarqua pour la France. Son mari avait besoin d’une personne à Versailles pour surveiller ses intérêts, expliquer sa politique au ministre et la défendre au besoin. Madame de Soulanges réussit très bien à Versailles et gagna rapidement l’amitié de Jérôme de Pontchartrain, ministre de la Marine (cet homme puissant prit dès lors beaucoup d’intérêt pour la famille De Vaudreuil). Elle se servit avec intelligence de son influence dans le domaine politique en recommandant la nomination et la promotion de différents Canadiens et en regroupant ainsi autour d’elle et de son mari plusieurs protégés. Finalement, elle obtint la permission d’examiner les plaintes que De Pontchartrain avait reçues contre son mari et fut alors en mesure d’identifier ses ennemis et de contrer les complots que l’on montait contre lui. Elle revint dans la Colonie en 1721, puis retourna en France pour un bref séjour en 1723 lorsque le nouveau ministre, Jean-Frédéric de Maurepas, remplaça le Conseil de Marine qui avait administré les colonies depuis la mort de Louis XIV. Apparemment, elle voulait s’assurer que sa famille n’eût pas à souffrir du changement de régime. Elle revint dans la Colonie l’année suivante, puis retourna en France définitivement à l’automne 1725, peu après le décès de son mari. Elle s’installa à Paris où habitaient déjà sa mère et trois de ses fils.