PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Denonville, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Cap-de-la-Madeleine
Thème
Gouverneurs, lieutenant-gouverneurs et premiers ministres
Localisation
District de Saint-Louis-de-France.
 
District de Châteaudun avant novembre 2009.
 
Voie reliant les rues De Mézy et du Cardinal-Roy, parallèlement aux rues Cooke, Beauharnois, Montmagny, D’Ailleboust.
Nom actuel
Pour honorer la mémoire de Jacques-René de Brisay, marquis de Denonville de Montbazillac (1637-1710). Il fut colonel et général de brigade des Dragons de la Reine, inspecteur général des Dragons, gouverneur général de la Nouvelle-France de 1685 à 1689, maréchal de camp, sous-gouverneur des ducs de Bourgogne, d’Anjou et de Berry. – Fils et septième enfant de Pierre de Brisay (seigneur de Denonville, vicomte de Montbazillac, seigneur de Bellavilliers, seigneur châtelain de Thiville, seigneur marquis d’Avesnes, seigneur de Chesnay, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi en 1642, conseiller du roi au Conseil d’État et au Conseil des Finances en 1653, maréchal de camp dans les armées de Louis XIV en 1668) et Louise d’Alès de Corbet, Jacques-René de Brisay, marquis de Denonville de Montbazillac naquit le 10 décembre 1637. Capitaine dans le régiment Royal en 1663, il prit part, l’année suivante, à la campagne que le duc de Beaufort mena en Afrique du Nord contre les pirates algériens. Trois ans plus tard, il servait dans les Pays-Bas et, en janvier 1668, il reçut le grade de capitaine des Dragons. Cette même année, en novembre, il épousa Catherine Courtin, fille de Germain Courtin de Tangeux. Denonville fit toute la guerre de Hollande (commencée en 1672) et acquit la réputation d’officier compétent doublé d’un soldat valeureux, ce qui lui valut un brevet de lieutenant-colonel des Dragons de la Reine en 1673, et de colonel en 1675. En 1681, on le nomma inspecteur général des Dragons pour les provinces de Flandre, Picardie, Artois et Hainaut et, en 1683, il fut promu général de brigade. L’année suivante, Louis XIV le désignait à la succession de Joseph-Antoine Le Febvre de La Barre au poste de gouverneur général de la Nouvelle-France (commission datée du 1er janvier 1685). Denonville arriva au Canada avec sa famille le 1er août 1685 (commission enregistrée le 3 août 1685). Il apporta dans l’administration civile une contribution importante; il opéra des réformes qui allaient avoir de profondes répercussions sur la société canadienne. Il quitta Québec à la mi-novembre 1689. Le 25 août 1690, il fut nommé sous gouverneur du duc d’Anjou et, le 24 août 1693, il fut investi de la même responsabilité auprès du duc de Berry. Le vieux marquis Denonville mourut dans son château le 22 septembre 1710.