PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Dorion, place
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Cap-de-la-Madeleine
Thème
Gouverneurs, lieutenant-gouverneurs et premiers ministres
Localisation
District de Châteaudun.
 
Sur la rue Dorion.
Nom actuel
Pour honorer la mémoire d’Antoine-Aimé Dorion (1818-1891), chef du Parti libéral pendant vingt ans; il fit partie de plusieurs ministères et fut juge en chef du Québec (1874-1891). Fils de Pierre-Antoine Dorion et frère de Jean-Baptiste-Éric Dorion (libéral radical), Antoine-Aimé Dorion naquit à Sainte-Anne-de-la-Pérade le 17 janvier 1818. Sa famille, d’allégeance libérale, était proche des Patriotes; son père, Pierre-Antoine Dorion, fut même député du Parti patriote à la Chambre d’Assemblée du Bas-Canada de 1830 à 1838. Après des études au Séminaire de Nicolet (1830-1838), Antoine-Aimé Dorion entreprit des études en droit et fut admis au barreau en 1842. En 1851, il participa à la fondation du journal Le Pays, organe des rouges modérés, mais il ne participa pas au débat sur l’abolition du régime seigneurial (1854) car son cabinet d’avocat représentait les intérêts de plusieurs seigneurs. Cette année-là (1854), il fut élu député d’une circonscription montréalaise. Il fut le leader incontesté du groupe libéral à la Chambre d’Assemblée de 1854 à 1867; on le surnommait « Dorion le Juste ». Membre du gouvernement de John Sanfield Macdonald et de Louis-Victor Sicotte de 1863 à 1864, Dorion entreprit une campagne active contre la Confédération après son retour dans l’Opposition. Mais en vain. L’Acte de l’Amérique du Nord britannique entra en vigueur le 1er juillet 1867. Dorion demeura à la tête du Parti libéral jusqu’en 1874, puis il se retira de la politique active. Cette année-là (1874), il fut nommé juge en chef de la Cour du Banc de la Reine au Québec, poste qu’il occupa jusqu’à sa mort, à Montréal, le 31 mai 1891.