PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Duc-De Lévis, rue du
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Cap-de-la-Madeleine
Thème
Guerre de la Conquête
Localisation
District de Saint-Louis-de-France.
 
District de Châteaudun avant novembre 2009.
 
Voie dont les extrémités s’ouvrent sur la rue Cooke.
Historique
Voie ouverte en 1969.
 
Nom antérieur: « rue Lévis » (avant l'harmonisation des odonymes de la nouvelle ville de Trois-Rivières, le 20 septembre 2004).
Nom actuel
Pour honorer la mémoire de François-Gaston, duc de Lévis (1719-1787), brigadier, adjoint du marquis de Montcalm., puis maréchal de camp. François-Gaston, duc de Lévis naquit le 20 août 1719 au château d'Ajac. Cadet d'une famille noble, branche de la maison de Lévis, il entra en qualité de lieutenant dans le Régiment de la Marine en 1735, à l'âge de seize ans. Durant vingt ans, il participa à toutes les opérations militaires qui eurent lieu sur les frontières orientales du royaume de France: il combattit sur le Rhin, participa à la Guerre de Succession d'Autriche, traversa la Saxe et défendit le comté de Nice sous les ordres de son cousin, le marquis de Mirepoix. Blessé de nombreuses fois, il fut promu capitaine, puis colonel en 1746. En 1748, le roi Louis XV lui conféra le titre de chevalier de Saint-Louis. En avril 1756, il fut nommé brigadier et commandant en second de l'armée française au Canada, sous les ordres du marquis de Montcalm. Responsable de la défense du lac Champlain jusqu'en 1758, il soutint Montcalm dans l'attaque du fort William Henry et la défense du fort Carillon. Fait maréchal de camp, il participa d'abord à la défense de Québec en 1759, et fut envoyé à Montréal à partir de la mi-août. À la suite de la mort de Montcalm et de la prise de Québec, le 13 septembre 1759, il prit le commandement de l'armée française au Canada. En 1760, il marcha sur Québec et remporta la bataille de Sainte-Foy (28 avril 1760). Il assiégea la ville mais ne put la reprendre, l'arrivée de renforts anglais rendant toute tentative en ce sens illusoire. Il se retrancha sur l'île Sainte-Hélène, près de Montréal, et, lors de la capitulation de Montréal, brûla les drapeaux français plutôt que de les rendre au général Amherst, commandant des troupes britanniques. À son retour en France, en 1761, il fut nommé lieutenant général et continua de s'illustrer dans plusieurs batailles. Nommé gouverneur général de l'Artois par le roi Louis XV en 1766, puis gouverneur d'Arras par Louis XVI en 1780, maréchal de France en 1783, sa seigneurie d'Avesne-le-Comte fut érigée en duché en 1784. Il mourut à Arras (Pas-de-Calais) trois ans plus tard, en 1787. Sa veuve et deux de ses trois filles furent guillotinées durant la Révolution française, en 1794.
Toponyme(s) associé(s)