PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Frédéric-Poliquin, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Trois-Rivières
Localisation
District des Plateaux.

Impasse à partir du boulevard des Chenaux, à proximité de la rue Chapais.
Nom actuel
Pour honorer la mémoire Frédéric Poliquin (1891-1978), homme d'affaires, fondateur de la compagnie Fred. Poliquin Limitée, en 1952, et conseiller municipal de Trois-Rivières de 1941 à 1953. Fils de Jules Poliquin et Joséphine Ringuet, Frédéric Poliquin naquit en 1891. Son père fut agent pour la compagnie de chemin de fer Canadien Pacifique à la gare de Pointe-du-Lac, puis employé au ministère des Postes (1889): il était chargé de la distribution des malles à bord du train Montréal-Québec. Frédéric Poliquin fit ses études à l'académie De La Salle, sur la rue Saint-Pierre à Trois-Rivières. Orphelin dès l’âge de 10 ans, il fut embauché par la ferronnerie et plomberie de J.-B. Loranger en 1908, puis passa chez Germain et Frères en 1915 ; il y travailla durant de nombreuses années (1932-1947) à titre de secrétaire trésorier. Puis il quitta Germain et Frères pour aller vers la compagnie Plomberie St-Maurice Limitée (1947). En 1952, âgé de 61 ans, il démarra sa propre entreprise de plomberie en gros: la Compagnie Fred. Poliquin Limitée. Il était appuyé par ses beaux-fils Jean-Louis Jourdain, directeur adjoint, et Gaston Jean, représentant. Impliqué en politique, Frédéric Poliquin fut aussi conseiller municipal pour la ville de Trois-Rivières et candidat à la mairie contre J.-A. Mongrain. C'est lui qui, le 28 avril 1947, fit adopter à l'unanimité une résolution du Conseil de Ville de Trois-Rivières demandant que le nouveau pont sur la rivière Saint-Maurice à Trois-Rivières porta le nom de « pont Duplessis ». Enfin, il fut aussi président de la Caisse populaire de Trois-Rivières, président de la Croix-Rouge et commissaire scout diocésain. Frédéric Poliquin avait trois sœurs et deux frères. Il avait épousé Gabrielle Turgeon avec qui il avait eu cinq enfants. Après le décès de son épouse, il maria la sœur de celle-ci, Adélaïde Turgeon, en deuxième noce. Il décéda en 1978. – La compagnie Fred. Poliquin Ltée fut acquise par l'entreprise multinationale Emco en 1979, un an après le décès de son fondateur, mais le nom de Fred. Poliquin fut conservé jusqu'en 1987. – Frédéric Poliquin était un fervent partisan de Maurice L. Duplessis et de l’Union nationale. Parmi les principaux supporters de Duplessis au Conseil municipal de Trois-Rivières se trouvaient aussi les conseillers Fernand Goneau et Ubald Laforest. – Frédéric Poliquin fut aussi commissaire diocésain des Scouts (1938).