PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Frère-André, rue du
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Trois-Rivières
Thème
Personnages de l'histoire du Québec
Localisation
District des Vieilles-Forges.
À partir du boulevard Industriel, parallèlement aux rues Lecomte, Vermillon, Saint-Bernard, Verchères et Montfort.
 
Ces voies se situent tout près de la limite nord-ouest de la ville de Trois-Rivières.
Historique
Voie municipalisée après 1984.
Nom actuel
Pour rappeler la mémoire du frère André, né Alfred Bessette (1845-1937), religieux québécois à qui l’on attribue des guérisons miraculeuses. Il naquit à Saint-Grégoire d’Iberville, à 40 Km à l’est de Montréal, le 9 août 1845. Devenu orphelin à l’âge de 12 ans, il émigra aux États-Unis, comme de nombreux autres Canadiens à cette époque, pour travailler dans les manufactures de coton de la Nouvelle-Angleterre, à l’âge de 20 ans. Il revint au pays en 1867 et rencontra l’abbé André Provençal, curé de Saint-Césaire, qui le fit admettre dans la Congrégation des Frères de Sainte-Croix à Montréal en 1870. Après un noviciat plus long que prévu, dû à une santé fragile, Alfred Bessette fut accepté comme religieux; il prit le nom de frère André, en hommage à son protecteur, l’abbé André Provençal. Il se vit confier la charge de portier au collège Notre-Dame à Côte-des-Neiges; il occupa cet emploi durant 40 ans, offrant aussi ses services d’homme-à-tout-faire à la communauté. Ayant une confiance inébranlable en saint Joseph, le frère André commença, en 1904, la construction d’une petite chapelle dédie à saint Joseph, sur le versant du mont Royal en face du collège. Les guérisons, sans explications apparentes, qu'il opérait firent de lui un héros populaire. Sa réputation grandit et devint le « thaumaturge du mont Royal ». Il fut la cible d'attaques et de critiques, mais il conserva toujours l'appui de son église diocésaine. Après la construction d’une crypte pouvant contenir environ 1000 personnes, en 1917, commença en 1924 la construction de l’oratoire Saint-Joseph., près de la petite chapelle érigée par le frère André. Depuis, l’oratoire Saint-Joseph est devenu le centre mondial de la dévotion à saint Joseph. Le frère André mourut le 6 janvier 1937. Il a été béatifié le 23 mai 1982 par le pape Jean-Paul II.