PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Général-Vanier, rue du
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Cap-de-la-Madeleine
Thème
Gouverneurs, lieutenant-gouverneurs et premiers ministres
Localisation
District de Châteaudun.
 
Petite voie reliant les rues de Mère-Gamelin et Desbiens.
Nom actuel
Pour honorer la mémoire du major-général Georges Philias Vanier (1888-1967), ambassadeur du Canada en France (1944-1953) et gouverneur général du Canada de 1959 à 1967. Georges Philias Vanier naquit à Montréal le 23 avril 1888. Il étudia au collège Loyola de Montréal et obtint un diplôme en droit de la section de Montréal de l'université Laval. Durant la Première Guerre mondiale, il fut l'un des fondateurs du 22e Bataillon canadien français du Corps expéditionnaire canadien (à l’origine du Royal 22e Régiment, en 1920). Décoré de la Croix militaire en 1916, il fut reçu membre de l'Ordre du service distingué (D.S.O.) et reçut la barrette à la Croix militaire en 1919. En 1918, alors qu’il menait une offensive à Cherisy, en France, il perdit la jambe droite. Après une longue convalescence, il revint à Montréal pour exercer le droit. Il épousa Pauline Archer le 29 septembre 1921 (le couple eut cinq enfants). En 1921, il fut nommé aide de camp du nouveau gouverneur général du Canada, le maréchal vicomte Byng de Vimy, fonction qui marqua le début de nombreuses années de service au Cabinet du gouverneur général. Promu lieutenant-colonel en 1924, il prit le commandement du Royal 22e Régiment à la Citadelle de Québec en 1925 et, l'année suivante (1926), il fut nommé aide de camp honoraire du gouverneur général, le marquis Willingdon de Ratton. En 1928, Georges Vanier entreprit une longue carrière diplomatique durant laquelle il fut nommé à la délégation militaire du Canada pour le désarmement auprès de la Société des Nations. Puis, en 1931, il fut nommé secrétaire du Cabinet du haut-commissaire à Londres. En 1939, il fut nommé au poste de ministre canadien en France, poste qu'il fut forcé de fuir au moment de l'invasion allemande en 1940. Nommé commandant du district militaire de Québec en 1941, il entreprit une politique anticipée de bilinguisme au sein de l'armée. En 1942, il fut promu général de division (major-général), et, après la guerre, il fut le délégué du Canada à la Conférence de la Paix, à Paris. En 1944, il fut nommé premier ambassadeur du Canada en France, poste qu'il occupa avec distinction jusqu'à sa retraite. Avant de prendre sa retraite en 1953, il servit de nouveau comme représentant du Canada auprès des Nations Unies. Après sa retraite, lui et son épouse revinrent à Montréal. Nommé successeur de Vincent Massey, Georges P. Vanier fut gouverneur général du Canada de 1959 à 1967 (nommé le 1er août 1959; assermenté à Ottawa le 15 septembre 1959). Il fut nommé membre du Conseil privé impérial du Royaume-Uni par la reine Elizabeth II en 1963. Son intérêt pour l'état de la famille au Canada le conduisit à organiser la Conférence canadienne de la famille à Rideau Hall en 1964, un événement qui donna naissance à la fondation de l'Institut Vanier de la famille. Malgré sa mauvaise santé, le général Vanier ne cessa jamais de voyager à travers le Canada., avec son épouse Pauline. Il assista à l'inauguration de la Voie maritime du St-Laurent à Cornwall, en Ontario, le 29 janvier 1960, et il fut fait Chef grand aigle de la tribu des Pieds-Noirs, à Calgary en juin 1965. En 1967, il institua en les prix Vanier décernés à de jeunes Canadiens éminents. Et pour reconnaître l'excellence dans la fonction publique fédérale, provinciale ou municipale, la médaille Vanier de l'Institut d'administration publique du Canada fut établie en 1962. Fanatique de sports, il institua aussi la Coupe Vanier, pour le championnat universitaire de football à l'Union sportive interuniversitaire canadienne, et le Prix d'escrime du gouverneur général en 1965. Il aimait le hockey et il était un partisan enthousiaste de l'équipe Le Canadien de Montréal. Durant son mandat, il reçut de nombreux invités de marque, notamment le président des États-Unis, John F. Kennedy, l'empereur d'Éthiopie, Hailé Sélassié, le premier ministre d'Israël, David ben Gurion, le shah d'Iran et le président de la France, le général Charles de Gaulle. Il mourut le 5 mars 1967; il n'était que le deuxième gouverneur général du Canada à mourir dans l'exercice de ses fonctions depuis la Confédération. Ses funérailles d'État eurent lieu le 8 mars 1967 dans la cathédrale Notre-Dame d’Ottawa. Sa dépouille fut inhumée dans la chapelle commémorative de la Citadelle de Québec le 4 mai 1967.