PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Gérin-Lajoie, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Cap-de-la-Madeleine
Thème
Poètes, écrivains, romanciers et autres hommes et femmes de lettres
Localisation
District de Châteaudun.
 
Voie reliant les rues de Mère-Gamelin et du Parc, croisant la rue Desbiens.
 
Voie parallèle aux rues Corbin, Forget, Champigny.
Historique
Voie ouverte vers 1963.
 
Nom antérieur: « rue Lajoie » (avant l'harmonisation des odonymes de la nouvelle ville de Trois-Rivières, le 20 septembre 2004).
Nom actuel
Pour honorer la mémoire d’Antoine Gérin-Lajoie (Yamachiche, 1824 – Ottawa, 1882), écrivain, romancier, essayiste, historien et dramaturge. Antoine Gérin-Lajoie écrivit dès 1842 une chanson qui devint très vite célèbre: « Un Canadien errant ». En 1844, après un voyage aux États-Unis, il passa par Montréal et rencontra le rédacteur du journal L'Aurore des Canadas; celui-ci lui proposa de publier le 1er acte du Jeune Latour, qui parut intégralement peu après. Gérin-Lajoie demeura à Montréal et y étudia le droit jusqu'en 1848. Il participa à la fondation de l'Institut canadien, dont il devint le secrétaire archiviste, puis le président en 1845. Il fut aussi correcteur, traducteur et rédacteur à La Minerve. De retour à Québec, il fut l'un des meneurs de la vie culturelle des années 1860. Il fut enfin bibliothécaire adjoint du Parlement canadien, dont il constitua en grande partie le catalogue francophone. Le Jeune Latour est important pour l'histoire littéraire parce qu'il constitue la première tragédie canadienne en langue française. Ses deux romans, Jean Rivard le défricheur (1862) et Jean Rivard l'économiste (1864), célèbrent les vertus de la terre et des hommes qui s'efforcèrent à la mettre en valeur.
Toponyme(s) associé(s)