PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
La Potherie, rue
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Trois-Rivières
Thème
Gouverneurs et commandants du fort de Trois-Rivières
Localisation
District du Carmel, quartier Saint-Sacrement
Voie reliant les rues Cartier et De Nouë, parallèlement à la rue d’Angoulême.
Historique
Mentionnée sur un plan de 1879, dans le prolongement de la rue Cooke, mais bâtie plus tard.
Nom actuel
Pour honorer de Jacques Le Neuf de la Potherie (1606-1666), seigneur, commandant intérimaire de Trois-Rivières de 1649 à 1651 et de 1652 à 1653, puis gouverneur de Trois-Rivières de 1658 à 1662. Il fut aussi gouverneur intérimaire de la Nouvelle-France du 5 mai au 23 septembre 1665 (en remplacement du chevalier Augustin Saffray de Mézy, décédé en fonction) et premier seigneur de l'île aux Cochons (île De La Potherie) à Trois-Rivières. LeNeuf de La Potherie, lieutenant de roi, avait déjà reçu une commission de « gouverneur intérimaire » de la Nouvelle-France en cas de décès du gouverneur général quand, le 5 mai 1665, le gouverneur Augustin de Saffray de Mézy décéda. LeNeuf de La Potherie remplaça de Mézy (commission enregistrée le 13 mai 1665) jusqu'à l'entrée en fonction de Daniel de Courcelles. – Originaire de Caen, en Normandie, la famille LeNeuf débarqua à Trois-Rivières en 1636. Elle comprenait trois LeNeuf: Michel, Jacques et Marie, et leur mère, Jeanne LeMarchand. Avec Jacques LeNeuf de La Potherie arrivaient aussi son épouse, Marguerite LeGardeur de Repentigny, et les deux frères de celle-ci. Le 12 juillet 1639, le gouverneur de la Nouvelle-France, Charles-Jacques Huault de Montmagny, concéda une terre de 50 arpents, « proche de la rivière des Trois-Rivières », à Jacques LeNeuf de La Potherie, située sur le cap Métabéroutin (site de la future papeterie Canadian International Paper); le 5 juillet 1668, LeNeuf de la Potherie fit acte de foi et hommage pour cette concession. Le 29 mars 1649, il reçut l'île aux Cochons, de 100 arpents, en roture. Puis, le 7 avril 1660, il la reçut à nouveau en fief et seigneurie, avec privilège de haute justice (l'acte de concession ne mentionne pas que la haute justice fut accordée, mais dans un acte notarié du 1er mai 1665, LeNeuf de la Potherie affirma qu'il détenait cette haute justice en vertu de l'acte de concession). Vers 1686, l'île aux Cochons prit le nom d'île De La Potherie, du nom de son premier seigneur. En 1649 encore, Jacques LeNeuf de la Potherie acquit le fief Champflour. Peu après, il acquit également une autre terre qui se trouvait beaucoup plus au nord (le long de l'actuel boulevard Laviolette) et qui avait d'abord été concédée par le gouverneur de Montmagny à Jean Amyot. En 1660, Jacques LeNeuf de la Potherie se fit officiellement concéder en fief et seigneurie ses 90 arpents en deux parcelles: l'ancien fief Champflour et la terre d'Amyot. Il possédait aussi la terre du Sablé et quelques emplacements, en plus de l'île aux Cochons (île De La Potherie) et de quelques terres en censive: deux d'entre elles, dont l'une était de forme triangulaire, étaient situées près de la grand'porte du bourg (angle des rues actuelles Notre-Dame Centre et Bonaventure), au sud-est de la première parcelle de sa seigneurie (l'ancien fief Champflour). C'est là, semble-t-il, qu'il exploitait une brasserie en 1651. Selon la Relation des Jésuites de 1657, il s’agissait d’un cabaret où l'on vendait du vin aux Amérindiens: deux pots pour un castor d'hiver, un pot pour un castor d'été. « On se plaignait de ce cabaret, si bien que M. de La Potherie fut obligé d'envoyer à Québec pour savoir la volonté du gouverneur touchant ledit cabaret. La conclusion fut qu'il ne fallait point continuer. On ne laissa pas toutefois de continuer ». C'est aussi là qu'il possédait logis avec boulangerie, cour, jardin, grange et étable: les fondations de cette maison soutiennent encore la partie est de l'actuelle maison Chastelain dite « manoir Boucher de Niverville », rue Bonaventure. – En 1649, le seigneur Jacques LeNeuf de la Potherie passa un marché avec Paul Chalifou pour construire un moulin à vent, en bois, qu'il érigea sur son emplacement situé sur le Platon, « en banlieue, à 40 toises du fort » (240 pieds) construit par Laviolette en 1634. Cet emplacement (site de l'actuel bureau de poste de Trois-Rivières) était de 1 200 toises (1 arpent et un tiers); comme les autres emplacements de la censive urbaine, il relevait directement des Cent-Associés. LeNeuf de la Potherie exploitait le moulin qui fut reconstruit à ses frais en 1661 et qui servait d'abri aux colons surpris dans les champs lors des attaques iroquoises. Huit ans plus tard, en 1669, le moulin du Platon fut vendu à son fils Michel LeNeuf de la Vallière. – En juin 1663, on dénombrait 10 seigneurs en titre à Trois-Rivières, c'est-à-dire des seigneurs qui y détenaient des droits de suzerain, dont Jacques LeNeuf de la Potherie, seigneur de l'île aux Cochons (ou île De La Potherie) et du fief Niverville.