PORTAIL MUNICIPAL
Toponymie Trois-Rivières
Recherche d'un toponyme
Lancer la recherche
Léo-Arbour, carré
Toponyme :
Actuel
Secteur :
Pointe-du-Lac
Localisation
District de Pointe-du-Lac, hameau de Baie-Jolie.
 
Carré s’ouvrant sur la rue Notre-Dame Ouest, à proximité de la rue des Jardins-de-Baie-Jolie.
Historique
Date d’ouverture: 1950 (rue des Bouleaux) et 1980 (rue des Saules)
 
Noms antérieurs: « rue des Bouleaux » et son prolongement: « rue des Saules » (avant l'harmonisation des odonymes de la nouvelle ville de Trois-Rivières, le 20 septembre 2004).
Nom actuel
Pour honorer la mémoire du sculpteur de renommée internationale Léo Arbour. Il naquit à Pointe-du-Lac en 1913. Il fit ses études primaires et secondaires dans sa paroisse natale, chez les Frères de l'Instruction chrétienne. Enfant, il s'amusait à créer des figurines et des statuettes dans la glaise du lac Saint-Pierre. Vers 1934, il traversait souvent le fleuve Saint-Laurent en chaloupe, en été, ou sur le pont de glace, en hiver, pour aller suivre des cours de dessin auprès du peintre Rodolphe Duguay à Nicolet. Son talent fut remarqué par l'abbé Albert Tessier qui l'envoya poursuivre des études à l'École du meuble de Montréal (École des arts appliqués) où, de 1937 à 1939, il devint l'élève des Bernard Dagenais et Paul-Émile Borduas pour des cours de dessin à main levée, ainsi que d'Elzéar Soucy pour des cours de sculpture. Gradué avec distinction en 1939 et détenteur du premier certificat de sculpteur sur bois décerné par l'École du meuble de Montréal, Arbour revint dans sa paroisse natale où le curé Poisson lui offrit un premier contrat: réaliser un chemin de croix en bois, en ronde bosse, soit 56 personnages de 18 pouces, le tout au prix d'un chemin de croix en plâtre provenant d'une manufacture: 400$, pour sept mois de travail. Le jeune sculpteur accepta le contrat dans le but légitime de faire sa propre promotion. Dès lors, les commandes affluèrent. Par la suite, il eut l'occasion de prodiguer son enseignement à des adultes inscrits à des cours du soir, aux élèves du Séminaire de Trois-Rivières et à ceux de l'École technique de Trois-Rivières, avec Armour Landry, durant plus de 15 ans. Les œuvres de Léo Arbour sont innombrables: plus de 5 000 pièces pour l'ensemble de son œuvre. À Trois-Rivières seulement, l'église Notre-Dame-des-Sept-Allégresses renferme de belles statues sculptées dans le bois de chêne, vers 1961, par l'artiste. Plusieurs des œuvres d'art contenues dans l'église Saint-Jean-de-Brébeuf, inaugurée en 1956, sont aussi de lui: le chemin de croix en bois, béni le 25 février 1957; le crucifix du maître-autel, les bas-reliefs représentant « La Vierge Marie », « Le Sacré-Cœur », ainsi que « Le Baptême du Seigneur ». De même, l'église Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus conserve un autel en pin ainsi que plusieurs œuvres en bois de Léo Arbour, notamment: des statues de la patronne de la paroisse, de « La Vierge et l'Enfant », de « Saint Joseph », une représentation de « La Cène » et un chemin de la croix en pin blanc, réalisé d'octobre 1954 à février 1955 et dont chacune des 14 stations mesure 24 pouces sur 20. La crypte-musée du père Frédéric, du couvent des Franciscains à l'angle de la rue Laviolette et du boulevard du Saint-Maurice, conserve précieusement l'ensemble des sculptures de grandeur nature et figurines du père Frédéric réalisées par Arbour. La chapelle Saint-Joseph de Kermaria des Filles de Jésus possède une statue sculptée en 1979. La chapelle du séminaire Saint-Joseph est dépositaire d'un crucifix de table et les Archives du Séminaire conservent neuf statues qui furent commandées par Mgr Albert Tessier. Plusieurs églises de la région de Trois-Rivières renferment aussi des œuvres de l'artiste Léo Arbour: à Cap-de-la- Madeleine, Shawinigan, Charette, Saint-Tite et Sainte-Thècle. À l'extérieur de la région de Trois-Rivières, Léo Arbour réalisa diverses sculptures aux États-Unis, en France et en Afrique, notamment une grande statue de l'Assomption pour l'église Notre-Dame-de-l'Assomption d'Edmonton en Alberta. Le Musée de Saint-Petersbourg, en Russie, possède même une sculpture de « La Bénédiction du Jour de l'An » (1958) remise par le Port de Trois-Rivières au capitaine d'un navire russe qui l'a ensuite déposée au musée. En 1962, Léo Arbour et son École de sculpture furent parmi les membres fondateurs de la Corporation du Centre d'art de Trois-Rivières. À la fin de sa vie, et durant plus de 15 ans, Léo Arbour sculpta surtout des œuvres représentant des béatifiés de Rome pour le Musée religieux de Valleyfield. En 1976, il reçut le prix Benjamin-Sulte décerné par la Société Saint-Jean-Baptiste. Puis, en 2001, il fut décoré de l'Ordre national du Québec. Enfin, en 2002, peu avant sa mort, il fut président d'honneur de la Petite semaine culturelle de Trois-Rivières. Léo Arbour décéda à son domicile de Pointe-du-Lac le 24 janvier 2003, à l'âge de 90 ans. Il avait épousé Thérèse Clément (fille d'Omer Clément et de Bibiane Dubois).
Toponyme(s) associé(s)